Présentation

  • : LE BLOG DE LA GAULE GERBEVILLOISE
  • : bienvenue sur le 1er site de la Gaule Gerbevilloise, vous y trouverez des informations diverses sur l'association et n'hésitez pas à m'envoyer des photos de vos prises ou divers demande pour vendre ou rechercher du materiel ou pour faire connaître d'autre site en rapport avec la pêche
  • Contact

Recherche

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 20:00
Le gardon est pourtant assez difficile à distinguer de son cousin le rotengle. Et ce d' autant plus qu'il existe des hybrides entre les deux espèces - signe que ces poissons eux-mêmes s' y laissent prendre. Comme le rotengle, le gardon possède de grosses écailles et un dos verdâtre, mais avec des nageoires orange et non rouges et des flancs moins argentés. Des croisements gardon/brême se produisent également ; de même le gardon peut s' hybrider avec le chevesne et l' ablette.

Alimentation

Les alevins et les très jeunes gardons mangent du plancton, mais en grandissant ils consomment aussi des algues, des mollusques et des larves d' insectes ( en particulier les vers de vase ). Les gros gardons et certains hybrides peuvent devenir cannibales et se nourrir de leurs alevins. D' ordinaire, les gardons deviennent plus végétariens en vieillissant,  et en eaux chaudes. Leur régime reste cependant omnivore pendant toute la durée de leur vie. Ils cherchent généralement leur nourriture sur le fond, parfois entre 2 eaux, mais ils peuvent aussi monter prendre des insectes en surfaces.

Cycle biologique

Le gardon est largement répandu en Europe. Il a été introduit avec succès dans le Sud-Est de la France. Dans les pays méditerranéens et en Europe orientale, il est parfois remplacé par des espèces très voisines ; gardons ibérique, de Dalmatie, de la mer Noire, etc. Il affectionne les courants lents, mais on peut le trouver en rivière rapide et profonde. Très résistant au manque d' oxygène, il survit à certaines pollutions.


En l' absence de prédateurs, une surpopulation se manifeste, avec pour conséquence une foule d' individus de moins de 100 grammes. Les poissons resteront également chétifs en eaux acides ou pauvres en substances nutritives. En revanche, dans les bassins de retenue, dans les gravières et les cours d' eau au lit calcaire, où il y a beaucoup de nourriture, et où les brochets, les perches et les truites réduisent les populations, ils deviennent plus gros. Il leur faut 9 ou 10 ans pour atteindre leur taille maximale.
Le frai a lieu sur des hauts-fonds, d' avril à juin. Les oeufs, jaunâtres, se collent aux plantes et aux pierres. Le gardon est prolifique, avec une ponte d' environ 20000 à 30000 oeufs par livre pour chaque femelle.
Au moment du frai, le gardon mâle, comme tous les membres de la famille des cyprinidés, arbore, sur la tête et parfois sur le dos, des boutons gris-blanc appelés " boutons de noces " . Ils ont la taille d'une tête d' épingle et constituent d' ailleurs le seul moyen de distinguer le mâle de la femelle, à ce moment précis.


Le gardon disparaît en montagne et partout où les eaux sont trop fraîches. On le trouve dans toutes les eaux européennes non peuplées de salmonidés, sauf en Écosse et en scandinavie occidentale. Il n' est pas indigène dans le Sud-Est de la France où il a été introduit récemment avec succès.



Les gros gardons

Ils deviennent souvent craintifs et difficiles d' approche. Quand il y a beaucoup de nourriture, ils ne sortent pas de la journée et s' alimentent surtout le soir et la nuit.
Le gardon commun ne dépasse que très exceptionnellement le kilo pour une longueur de 30 cm, alors que le rotengle, de forme plus élevée, atteint 2 kilos pour une longueur de seulement 35 cm.
Un autre très gros gardon, l' ide mélanote, est moins connu mais de plus  en plus fréquent dans les eaux calmes d' Europe occidentale.Il s' est répandu dans de nombreux bassins après avoir été déversé en Loire par erreur, lors d' un rempoissonnement en provenance d' Europe centrale. A la place des gardons attendus, ce sont des ides qui ont été introduits.
L' ide mélanote se reconnaît à son dos vert-bleu et à ses nageoires roses. Une variété ornementale à flancs roses, est également présente dans les eaux française.
De forme plus élancée, l' ide atteint lui aussi un poids de 2 kilos, mais pour une longueur de 45 cm.
Parmi les autres gardons européens, seule l' espèce de la mer Noire ( qui peuple aussi certains lacs allemands ) peut exceptionnellement dépasser les 2 kilos.
Les autres atteignent le kilo, comme le gardon commun, ou sont plus petits, mais avec une forme plus allongée. Un gardon du Danube d' un kilo mesure quarante cm de long.
 


Cuisine

- Le gardon n'est pas réputé en cuisine, mais c' est une erreur car la qualité de sa chair dépend surtout de celle des eaux qu'il fréquente
-Médiocre en eaux chargées de vases, elle peut devenir excellente dans des eaux claires sur fond de sable, où les fritures de gardons peuvent rivaliser avec des espèces plus réputées, tels le goujon ou l' ablette




Partager cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog